Connexion utilisateur

Utilisateurs en ligne

Il y a actuellement 1 utilisateur connecté.

  • Olivier

Mini Calendrier

l m m j v s d
 
 
1
 
2
 
3
 
4
 
5
 
6
 
7
 
8
 
9
 
10
 
11
 
12
 
13
 
14
 
15
 
16
 
17
 
18
 
19
 
20
 
21
 
22
 
23
 
24
 
25
 
26
 
27
 
28
 
29
 
30
 
31
 
 
 

60 ans déjà... Hedemora (Suède), le 15 juillet 1956 : Fabio Taglioni y croyait dur, il décroche les premiers lauriers de son système desmo' sauce Ducati !

2016… alors qu’on nous rappelle en prétexte au WDW, que la vénérable Maison Ducati souffle ses 90 bougies, il est sans doute plus honnête de rendre hommage aux 70 ans du Cucciolo, premier moteur puis deux-roues motorisé produit par l’industriel.
Mais s’il est un évènement majeur dans l’histoire de la marque qui mérite d’être fêté en grandes pompes en ce moment, c’est certainement la Victoire de Gianni Degli Antoni lors du Grand-Prix hors-Championnat d’Hedemora, le 15 juillet 1956.

Fabio Taglioni, jeune ingénieur prometteur entré dans les ordres borgo-panigalais en mai 1954, honore la carte blanche que lui accorde Giuseppe Montano, le calife visionnaire en place à l’époque : dès 1955, la 100cc GranSport ”Marianna” (alésage 49,4 x course 52mm, simple arbre à cames en tête commandé par un arbre à couples coniques) s’adjuge d’impressionnantes victoires de Classe sur les courses de ”Grand Fond” de type Milano-Taranto ou MotoGiro d’Italia. Avec un succès tout aussi remarquable, cette prometteuse mécanique est déclinée en version 125cc (alésage 55,25 x course 52mm), puis quelques exemplaires adoptent une culasse ”Bialbero” (double arbre à cames en tête), une configuration très tendance en ces temps lointains.

Mais Fabio Taglioni n’a qu’une obsession en tête depuis 1948 et son projet de fin d’études d’Ingegnere : développer, fiabiliser et démocratiser le fameux ”système desmodromique”, dispositif de pilotage positif de la distribution d’un moteur quatre-temps, autorisant une grande précision dans le respect du diagramme de distribution, et s’affranchissant de la pré-contrainte habituellement appliquée par le ressort de rappel des soupapes…
Ni une ni deux, le Dottore Taglioni enfile en position centrale un troisième arbre à cames qui sera chargé de la fermeture des deux soupapes ainsi que de l’entrainement des deux arbres extrêmes, qui quant à eux se consacreront à l’ouverture de l’admission (soupape de 32mm) puis de l’échappement (28mm). La petite moto est coiffée d’un ”carenatura a campana” (carénage ”cloche”, ou comme l’appellent les anglais ”dustbin fairings” pour ”carénage poubelle”, appendice très en vogue en cette période) bariolé de blanc rayé de rouge (comme les casques bol des pilotes officiels de Bologne) et frappé du cheval cabré de Francesco Baracca (aviateur italien admiré par Fabio Taglioni comme par Enzo Ferrari). Et les résultats ne se feront pas attendre, le petit 125 ”Trialbero Desmo” sortant jusqu’à 19 cv à 12.500 tr/mn, avec une capacité à grimper sans problème dans les 15.000 tr/mn.

Le 17 juin 1956 à Cesena (petite ville de la côte adriatique non loin de Rimini), une première compétition d’envergure locale valider le potentiel du fauve.
Puis la Scuderia taglioniste se rend en Suède pour l’étalonner sur une épreuve hors-championnat mais déplaçant la crème de la concurrence, les meilleurs des pilotes internationaux, et une quarantaine de milliers de spectateurs. Le talentueux pilote de développement maison Gianni (Giovanni) Degli Antoni, qui s’est illustré sur le MotoGiro d’Italia ou sur le Milano-Taranto, domine outrageusement l’épreuve, et s’y impose devant son co-équipier Olle Nygren (champion national... et local de l’étape) et une flopée de FB-Mondial, MV-Agusta et autres Benelli, marquant la première victoire d’une Ducati Desmo en compétition.

L’équipe est regonflée à bloc pour le Grand-Prix des Nations prévu à Monza début septembre et comptant pour le Championnat. Mais des essais privés y sont programmés le 07 août en préparation de cet évènement, et Gianni Degli Antoni, alors âgé de 26 ans, y est victime d’un accident fatal...
Le moral dans les chaussettes, la Scuderia participe à ce Grand-Prix sans grande gloire, et délaisse quelques temps la compétition pour se concentrer sur la déclinaison des recherches sportives vers la production de série, avec la présentation des 175 Turismo, 175 et 125 Sport, 200 Elite et autres bijoux contemporains.

Reste cette date gravée dans le marbre, le 15 juillet 1956, où une Ducati Desmo remportait une première victoire en compétition, validant les bonnes théories de Fabio Taglioni et travaux de son équipe, et esquissant un bel avenir à la marque. Soixante ans plus tard, cet attribut mécanique distingue toujours Ducati et équipe chaque modèle qu’elle produit.
S’il est un anniversaire qu’on aura légitimement en tête cet été au WDW ou simplement aux 300 Miles DCF, ce sera forcément cette mythique victoire à Hedemora...
      Forza Ducati Desmo !

 

      ---
Article paru dans l'Echo des Conti #164, avril 2016