Connexion utilisateur

Utilisateurs en ligne

Il y a actuellement 1 utilisateur connecté.

  • Olivier

Mini Calendrier

l m m j v s d
 
 
1
 
2
 
3
 
4
 
5
 
6
 
7
 
8
 
9
 
10
 
11
 
12
 
13
 
14
 
15
 
16
 
17
 
18
 
19
 
20
 
21
 
22
 
23
 
24
 
25
 
26
 
27
 
28
 
29
 
30
 
 
 
 

Traditionnellement début novembre, le Salon Eicma de Milan marque pour les constructeurs moto, le lancement des modèles de l'année suivante. Et pour Ducati, la veille de l'ouverture de cet évènement incontournable est prétexte à la Ducati World Premiere, Grand Messe de présentation à la presse mise en scène par le "calife" Claudio Domenicali et retransmise en direct sur la planète rouge.
Pour 2017, le ducatiste est servi : pas moins de sept nouveaux modèles sont à l'honneur !

L'aspect sportif est évidemment en première ligne, avec au lendemain des succès de Sepang / GP et Losail / Wsbk, la présence remarquée d'Andrea Dovizioso et de Chaz Davies, introduisant l'arrivée à leurs côtés de Jorge Lorenzo et Marco Melandri, en vue de la chasse aux Titres Mondiaux MotoGP et World Superbike. Mais également en clôture, celle de Casey Stoner exposant l'exclusive Ducati 12'99 Superleggera bardée de Carbone et de Titane, sans doute ultime évolution du concept de Twin Superquadro Desmo "Panigale"... (puisqu'en coulisses, l'arrivée d'une Superbike V4 se fait très insistante pour 2018...).

Toujours dans les "gros cubes", Ducati revoit sa copie avec une Ducati 1200 Monster "Euro4isée" et "plus facile à vivre", grâce à un empattement raccourci, un poste de pilotage compacté (assise et réservoir affinés, nouvelles platines repose-pieds, ...), et une électronique plus évoluée. Une version S se distingue naturellement par l'adoption d'éléments de suspension haut-de-gamme, mais ça c'est assez habituel dans la gamme.

Et dans cette gamme "roadsters" justement, Ducati introduit une Ducati 7'97 Monster Desmodue Euro4 d'"entrée de gamme", reprenant la base mécanique 803cc du Scrambler !!! Ce "retour en arrière" vers le fabuleux deux-soupapes n'est pas anodin, puisque jusqu'à il y a encore peu de temps on nous l'annonçait condamné par les normes anti-pollution... Quand on veut, Ducati nous démontre qu'on peut... Le succès du "rustique" Scrambler aura sans doute apporté sa contribution à une bonne prise de conscience dans les hautes sphères bolonaises. Dommage, le châssis tubulaire qui par de maladroits enchaînements de tubes cintrés, tente de concilier ce bon vieux bloc dépoussiéré et l'architecture de l'actuelle génération de Monster, est bien moins "pur" que celui des générations précédentes, et c'est d'autant plus malheureux sur un modèle qui s'affirme par son dépouillement et sa pureté. Avec quelques efforts supplémentaires et un bon jeu de goujons joufflus, une fixation du bloc par les culasses sur un châssis en mini-jupe type Monster ou X-Diavel aurait été de meilleur goût... Mais on ne crachera pas dans la soupe, le D2 s'installe à nouveau et enfin dans la gamme, espérons qu'il remportera un bon succès commercial pour que l'option soit durable !

La nouveauté suivante n'en est plus trop une, puisque le neo-Supersport (et Supersport S) avait filtré au WDW et avait été officiellement présenté lors du récent Intermot de Cologne (voir article précédent sur le sujet). Cette interprétation du concept de Sport Routier qui a bercé beaucoup d'entre nous, s'est certes "embourgeoisée" avec des options de confort revues à la hausse et l'adoption d'un bloc 937cc Testastretta Euro4 (plus trop le choix) repiqué à la dernière version d'Hypermotard ; mais ce modèle marque également le retour d'une sportive plus "accessible" au commun des mortels que la gamme Panigale (qui poussait un peu loin le vice du Premium).
Allez, encore un petit effort, cette Supersport étant étroitement dérivée du Monster, on va pouvoir saliver dans l'espoir d'une version Sport dépouillée et chaussée sur ce fameux bloc Desmodue 803cc Euro4, hein...

Tant qu'on est dans le bloc 937cc Euro4 de l'Hypermotard, l'économie d'échelle a du bon : c'est au tour du modèle routier de l'adopter, avec la Ducati 9'50 Multistrada !!! Tiens donc, encore une démarche d'"accessibilisation" de la gamme... Mais c'est décidément devenu une obsession de la gamme 2017 !!!??? Eh non, on ne va pas s'en plaindre. Des modèles extrèmes comme la 1299 Superleggera c'est bien pour nous faire triper, mais la "course à l'armement" sur des modèles de série c'est bien bon pour les asiatistes, mais nouzaut' fidèles Ducatistes indécrotables, c'était pas bien dans notre culture. Alors certes, le Testastretta manque de rusticité et ces vilaines normes bien-pensantes n'arrangent rien... Mais le retour à Bologne de modèles "simplifiés" et de moyenne cylindrée est une vraie bonne nouvelle.

Dernière ligne droite de l'Eicma (ou première de la présentation), c'est l'arrivée dans la gamme "jaune" (les Scrambler) de deux nouveaux modèles nostalgiques d'univers détournés : malheureusement il n'y a pas encore de version Desmodue 1100cc Euro4 (!!???) comme espéré, mais deux nouvelles orientations autour du bloc 803cc :
- Desert Sled est un trail rapidement décliné d'un Scrambler "sauterellisé", avec un cadre "renforcé", des suspensions de bon débattement, une paire de jantes à rayons avec du 19 pouces à l'avant, des pneus à gros pavés typés tout-terrain, et un look Classic pas dégueulasse rappelant plus la 500XT que le 450R/T de Bologne...
- Cafè Racer est comme son nom l'indique, un petit "Café Racer" rapidement décliné d'un Scrambler "compacté", avec des suspensions tassées, une jante de 17 pouces à l'avant, des pneus routiers, et un look Classic un peu pataud, suréquipé voire embourgeoisé, loin du concept originel du genre : eh oh les dizagneux bolonais, va falloir faire une cure d'authenticité dans les petites échoppes qui sentent bon le cambouis... !!! Enfin bon, un petit modèle compact, Desmodue et "abordable", c'est déjà vachement bien, et s'il faut démonter ou changer quelques pièces pour mettre la bête au goût de chacun, ça va déjà faire des heureux c'est certain.

Cette gamme 2017 (sans oublier les modèles bien établis ou apparus récemment) est donc assez remarquable pour le ducatiste, et exploite finement la modularité chère à la marque. Surtout elle marque un tournant dans la trajectoire du catalogue, maintenant l'Excellence par l'investissement en Compétition et le développement de modèles "Premium", mais s'affirmant dans l'"entrée de gamme" avec le succès de la gamme Scrambler et le retour en force de blocs Desmodue ou de moyenne cylindrée. La montée en puissance de la marque avec des chiffres de ventes records, et l'appui industriel du Groupe VW ne sont sans doute pas innocents. Et c'est vraiment chouette que les évolutions ne se fassent plus exclusivement par le haut...
Voilà de quoi voir l'avenir en Rouge !!!